Méthodologie

Méthodologie: module qualité de la couverture médiatique La qualité de la couverture médiatique a été mesurée au moyen d’une analyse de contenu des 50 titres sélectionnés.

Un échantillon représentatif de 20 931 articles a été sélectionné à partir de la couverture médiatique totale des titres retenus pour l’année 2017. Chaque article a été codé selon des normes scientifiques par des codeurs formés à cet effet (pas d’évaluation automatique de la qualité). Afin de faciliter une comparaison, les démarches de l’échantillonnage et le codage des articles n’ont pas été changés depuis la première édition en 2016. Dans cette première période, 18 365 articles de l’année 2015 d’un total de 43 titres ont fait partie de l’analyse.

Les quatre dimensions de la qualité définies ont été assorties de différents « codes » : la dimension qualitative de la pertinence a été mesurée au moyen des indicateurs « pertinence de l’article » et « pertinence des acteurs », la contextualisation au moyen des indicateurs « orientation thématique » et « part d’interprétation », et le professionnalisme au moyen des indicateurs « objectivité », « transparence des sources » et « apport propre ». La diversité proposée par les différents titres a pour sa part été mesurée au moyen des indicateurs « diversité des contenus » et « diversité géographique », qui indiquent les répartitions statistiques des codes sur l’ensemble des articles. Le codage a été soumis à un processus de contrôle permettant de garantir une mesure transparente et intersubjective valable de la qualité des médias.

Les indicateurs ont été agrégés en scores pour les dimensions de la qualité. Pour chaque titre, un score de la qualité de la couverture médiatique a été formée. L’échelle s’étend de 0 (qualité minimale) à 100 (qualité maximale).

Méthodologie: module perception de la qualité La perception de la qualité a été mesurée – comme dans la première édition en 2016 – au moyen d’un sondage en ligne dont la conduite a été confiée à GfK Switzerland. En février et en mars 2018, un échantillon représentatif de 2169 personnes en Suisse alémanique et en Suisse romande ont été interrogés sur leur perception des 50 titres retenus en matière de qualité et de niveau de confiance. Afin de déceler des changements au fil du temps, le sondage a été effectué de la même façon qu’en 2016. L’échantillon comprenait alors 1613 personnes interrogées au sujet de 43 titres. Partant du principe que l’on ne peut évaluer que ce que l’on connaît, les participants ont tout d’abord dû indiquer les titres qu’ils connaissaient parmi les 50 retenus. Les personnes interrogées n’ont jugé et évalué que les titres qui leur étaient familiers.

La qualité de la couverture médiatique a été opérationnalisée au moyen de quatre dimensions, qui recouvraient celles du Module qualité de la couverture médiatique. Par exemple : un participant connaît l’émission Echo der Zeit. Il indique sur une échelle de cinq points son degré d’accord avec une série d’affirmations, notamment : « Echo der Zeit place des sujets importants pour la société au cœur de sa couverture médiatique » (pertinence), « ... aborde de nombreux thèmes différents » (diversité), « ... contextualise les événements dans un cadre plus large » (contextualisation) et « ... distingue clairement les actualités et les opinions » (professionnalisme).

Bien que le sondage ait été réalisé en ligne, l’échantillon de population sélectionné peut être considéré comme représentatif pour la Suisse alémanique et pour la Suisse romande, car plus de 90% de la population y a accès à Internet. En revanche, une évaluation fournie par des experts, comme elle a été réalisée dans le CQM 2016, n’a pas été implémentée pour l’année 2018. L’échantillon aurait été trop petit pour permettre des analyses significatives.

La seule adaptation par rapport à l’édition précédente a été un changement dans la visualisation des résultats, afin de faciliter une meilleure lisibilité. Les indicateurs sont maintenant agrégés sous la forme d’un score pour les dimensions qualitatives. Pour chaque titre, un score a été calculé qui représente la perception de qualité au sein du public. L’échelle s’étend de 0 (qualité minimale) à 100 (qualité maximale).

Méthodologie : agrégation des deux méthodes Dans le premier CQM de 2016, il a été démontré que les résultats des deux méthodes, sondage au sein du public et analyse de contenu, corrèlent fortement. Cela signifie que les mesures de qualité obtenue par l’analyse de contenu correspondent considérablement avec les données obtenues par le sondage.

Compte tenu de cette corrélation, le présent rapport réunit les scores correspondants des deux méthodes afin de présenter un score global. Il se base sur le calcul de la valeur moyenne du score du sondage et du score de l’analyse de contenu. L’échelle s’étend de 0 (qualité minimale) jusqu’à 100 (qualité maximale). Ainsi, la qualité d’un titre se concrétise à travers un seul score. En plus, suivant le même modèle de calcul, des scores globaux pour les quatre dimensions de qualité ont été formés.

Une description plus détaillée de la méthodologie employée est disponible en annexe.