Classement des groupes

Sur un total de 100 points de qualité possibles, Echo der Zeit atteint 85. Ainsi, l’émission SRF occupe la première place dans le groupe des émissions de radio et de télévision. De même, dans la comparaison globale de toutes les offres d’information analysées, aucun titre n’obtient de meilleurs résultats.

Au sein du groupe « quotidiens imprimés et en ligne », la NZZ reste victorieuse. Cependant, elle doit partager le podium cette année avec le journal le Temps. Avec 80 points de qualité chacun, les deux quotidiens par abonnement suprarégionaux se placent en tête du classement de tous les médias analysés.

La NZZ am Sonntag figure comme leader du groupe des journaux du dimanche et magazines. Juste derrière suit WOZ la Wochenzeitung dans le classement du groupe, elle a fait partie du CQM pour la première fois cette année. Les deux titres atteignent de même, avec 77 points, des notes de distinction dans le classement global.

A l’extrémité inférieure du spectre de qualité, lematin.ch (52 points de qualité) se place désormais en tête du groupe tabloïds et journaux gratuits. Le vainqueur de l’année 2016, 20minuten.ch, a perdu quatre places. watson.ch, qui a été compris dans ce groupe pour la première fois, se met presque à niveau avec le vainqueur du groupe, lematin.ch. La dernière position, avec 41 points, est de nouveau prise par le site d’actualités de Ringier, blick.ch.

Qualité globale : les gagnants et les perdants par rapport à 2016 La majorité des 50 médias d’information suisses analysés ont réussi à maintenir leur qualité globale par rapport à la dernière période de mesure. Toutefois, des changements substantiels en termes de qualité peuvent être observés pour dix titres, tant vers le haut que vers le bas.

Parmi les gagnants se trouvent les émissions d’information de radio et de télévision de la SRF : Rendez-vous et 10vor10. Ils gagnent 6 et 4 points de qualité respectivement. Bien que les deux méthodes d’analyse contribuent dans une mesure similaire à l’amélioration de qualité chez 10vor10, l’amélioration de la qualité chez Rendez-vous est fortement motivée par les résultats plus positifs du sondage. Le Temps (+5) s’est également amélioré, le principal contributeur étant l’évaluation positive obtenue lors du sondage. De plus, les deux tabloïds qui paraissent le dimanche, Le Matin Dimanche et SonntagsBlick, s’améliorent très clairement. Alors que les personnes interrogées ont bien été une force motrice pour le résultat de Le Matin Dimanche, la bonne performance du tabloïd du dimanche de Ringier s’explique par une nette amélioration de la qualité des reportages.

Les perdants de qualité sont nzz.ch (-3 points), la Berner Zeitung (-4), la Basler Zeitung (-4), watson.ch (-4) et 20minuten.ch (-5). Les trois derniers ont obtenu moins de points de qualité selon les deux méthodes d’analyse. En revanche, la perte de points du site d’actualités de la Neue Zürcher Zeitung est principalement due à une évaluation plus négative des personnes interrogées. En revanche, la Berner Zeitung obtient des valeurs de qualité plus basses lors de l’analyse des contenus.

Qualité de la couverture médiatique : les gagnants et les perdants par rapport à 2016 Parmi les 50 médias d’information analysés, 15 perdent des points concernant la qualité de leur couverture médiatique par rapport à 2016, alors que seulement 4 s’améliorent.

Les pertes les plus importantes peuvent être observées parmi les quotidiens par abonnement régionaux : 24 heures (-8), la Berner Zeitung (-6) et l’Aargauer Zeitung (-6).

Les facteurs déterminants sont une orientation thématique moins équilibrée (diversité) et une réduction des articles de fond (contextualisation). Apparemment, la pression des économies a laissé ses traces dans les rédactions de la presse imprimée.

Dans certains cas, les titres individuels améliorent clairement la qualité de leur couverture médiatique au fil du temps. Parmi eux figurent le SonntagsBlick (+6), suivi par 20minutes.ch (+5), 10vor10 (+4), Rendez-vous (+3) et la Luzerner Zeitung (+3).

Perception de la qualité : les gagnants et les perdants par rapport à 2016 Contrairement à la tendance de détérioration de la qualité de la couverture médiatique, telle que mesurée par l’analyse de contenu, la population semble percevoir des améliorations dans la majorité des cas. Dans 15 cas, les personnes interrogées ont jugé la qualité du titre respectif nettement plus élevée qu’en 2016.

En particulier, les offres d’information de la Suisse romande ont gagné des points de qualité, indépendamment du type de média analysé. Léman Bleu (+11), Le Temps (+8), Le Matin Dimanche (+6) et l’émission de radio RTS (Le 12h30) avec +5 sont parmi les meilleures. Dans le cadre de la fusion et de la fermeture des rédactions, la crise des médias en Suisse romande s’aggrave de plus en plus. Manifestement, cette évolution amène le public à faire preuve de solidarité, ce qui se traduit par une perception de la qualité améliorée.

Une autre particularité qui se reflète dans les résultats du sondage est l’amélioration systématique dans la perception de la qualité des émissions de la SRG SSR. Il paraît évident qu’il s’agit d’un signe de confiance de la part de la population dans le contexte de la controverse sur la suppression prévue des redevances radio et télévision (initiative No Billag), qui aurait entraîné des coupes massives pour la radiodiffusion publique. Les critiques parfois véhémentes et émotionnelles quant à la SRG SSR dans l’aréna médiatique publique et sur les médias sociaux ont donc contribué à la cultivation de sympathie et de la volonté de soutenir la radiodiffusion publique.

Seuls quelques titres perdent significativement des points de qualité dans le sondage, bien qu’aucune tendance claire ne puisse être observée. Dans des cas spécifiques, les changements peuvent être attribués à des transitions structurelles agitées et à des controverses publiques (p. ex. la Basler Zeitung imprimée avec -4). Les titres 20 Minuten, 20minuten.ch et watson.ch en Suisse alémanique, qui mettent un fort accent sur des actualités divertissantes, figurent parmi les perdants dans le sondage. Dans toutes les dimensions de la qualité, les personnes interrogées ont évalué la qualité de leurs offres significativement moins bonne qu’il y a deux ans.